La Lettre

 

d’aprés “Lettre aux paysans sur la pauvreté et sur la paix “ - Jean Giono

 

 

Cette lettre est écrite durant l’été 1938; en pacifiste convaincu, Giono qui a fait la guerre de 1914 sait depuis l’Anschluss que l’heure est à la guerre et seulement à la guerre. Or abattre la guerre c’est abattre l’Etat, quel qu’il soit; c’est se tourner vers le paysan maître de sa propre vie.

Le monde paysan que Giono décrit si bien de l’intérieur, le monde qu’il fait nôtre, le monde qui reçoit sa Lettre, soufre toujours de se voir refuser et nier sa capacité à nourrir les hommes, femmes et enfants . Aujourd’hui,cet éloge de la pauvreté et de la paix nous force à questionner une société occidentale ( et ses épigones) se pensant et se donnant comme modèle unique, refusant de fait toute contestation ; même lorsque la survie des populations paysannes d’ici et d’ailleurs est en jeu. 

Recevoir cette Lettre c’est par la grâce du poète Giono, nous retrouver au contact du monde et recouvrer notre capacité à le penser ouvertement; c’est regagner le droit d’être libres et autonomes. 

 

Nous prenons donc les chemins buissoniers et peut-être subversifs, ainsi cette lettre pourra être dite en tous lieux, fermes, théâtres, bars, médiathèques, musées, centre socio-culturels.... Giono sera parmi nous et ouvrira la parole. Cette parole si surprenante qu’elle donnera forcement matière à échange ensuite avec les membres de cette assemblée d’un jour... 

 Jeu : Valère Bertrand 

 Conception : Dominique Léandri 

 Durée : 52 mn

IMG_4665.jpg
Capture d_____cran 2017-10-25 __ 20.59.3

Plus loin la mer.

 

Création 

Première le 11 septembre 2021  au Pot au Noir

 

Plus loin la mer est un moment de poésie en mouvement.

Laisser les souvenirs de toute une vie voyager dans le corps,

raconter des bouts d'histoires pour partager un instant infime

d'intimité avec vous.

De et par: Violeta Todo Gonzalez.

Son: Sylvain Audemard.

Lumière: Guillaume Jargot.

Durée: 25m.

Sankara's soul

Capture d’écran 2020-10-27 à 16.52.38.

Sankara’s Soul est une évocation

 

Dessiner un portrait sensible et musical de Thomas Sankara, Président du Burkina Faso de 1983 à 1987. Faire ré-entendre sa voix et son projet politique à travers ses discours et la perception sensible que nous en avons, tel est le projet né de la rencontre de Philippe Codecco, musicien compositeur et Dominique Leandri, comédienne.

Pour témoigner de ce combat nous avons interrogé par le biais d’un petit questionnaire des Burkinabés, certains l’ayant connu et d’autres de la génération suivante.

 

Nous avons choisi de dire des extraits de certains de ses discours, choisi quelques images, composé de la musique, écrit des autoportraits fictifs, pour dessiner, en un geste simple, un portrait sensible de cet humaniste, vous inviter comme à une Assemblée à entendre la vigueur de ce combat.

 

Notre ambition est d’ouvrir la proposition à d’autres artistes, musiciens, plasticiens, comédiens, Burkinabés ou pas. Peut-être n’est ce pas par hasard, qu’en ces temps de confinement, post-confinement, re-confinement où les monstres avancent masqués, où les démocraties chancellent et où les hommes ont mondialement peur, que la mémoire d’un combat comme celui de Thomas Sankara nous engage au courage

 

Conception et jeu : Philippe Codecco et Dominique Leandri

Composition originale :Philippe Codecco

Regard amical: Valère Bertrand

Lumières: Julien Leandri

 

La création du spectacle à eu lieu le 12 septembre 2020 au Pot au Noir, scène ressource départementale.

La Chaudière intime