en tournée

H(d)ommage

 

H(d)ommage est une pièce de danse-théâtre de 50mn conçue avec et pour nos aînés.

A partir des enregistrements de témoignage des personnes âgées rencontrées en amont dans les maisons de retraites, nous tissons des histoires que nous mélangeons à une base chorégraphique et à une dramaturgie inamovible .
Cette base a été co-écrite à trois mains entre Julia Canosa, Sabrina Zerkowitz et Violeta Todo.
H(d)ommage est conçu sous une forme extrêmement légère pour être joué autant dans les maisons de retraites que dans des théâtres, sans bouder les bibliothèques, les cafés, les lieux de vie et les salles.
Sur scène, une danseuse, un comédien et les voix enregistrées de nos vieux.

La représentation dansée des gestes perdus, la parole physique et la parole dite.

Un voyage entre ce qui était et ce qui est, l’avant et maintenant se mélangent, cohabitent.
Notre but est d’amener la parole, les souvenirs, les histoires et l’Histoire de nos aînées aux nouvelles générations, à tous ceux qui ne sont pas dans des maisons fabriquées pour camoufler le Temps.
Proposer un spectacle dansé ou toutes nos pulsations actuelles se confrontent aux désirs d’antan. Donner la voix à ceux qui nous quitteront très bientôt, pour peut être leurs offrir un bout de coeur, un creux d’oreille où se nicher encore quelques années, avant de disparaître.

 

Conception: Violeta Todo

Interprétation: Violeta Todo et Valère Bertrand
Création lumière: Guillaume Jargot

Univers sonore: Sylvain Audemard-Morgan Romagny

Durée: 50mn

 

Note d’intention
Il y a une génération qui nous quitte, une époque qui disparaît, toute une façon de penser et comprendre le monde, les relations humaines, le temps, qui s’en va pour toujours.

Je suis moi même d'une génération charnière.
On se rends bien compte de l'immense fossé entre les idées, les coutumes, les manières et les idéaux d'il y a 50 ans et la réalité actuelle.

Internet, les écrans généralisés, la pilule, la banalisation des vols et le téléphone portable ont triplé la vitesse d’incompréhension entre les générations.
Et pourtant..

L'amour reste toujours le même, la mort, la solitude, le rire..

On laisse les personnes âgées entre elles, comme les enfants, dans des lieux spé- cialisés, et on paie.

On paie beaucoup d'argent pour faire garder nos parents, grands parents et aussi nos enfants, nos petits enfants.....

Et nous passons des heures et des heures à travailler, à essayer d'avoir un futur meilleur que celui de nos aînés, un présent plus libéré et un passé pas trop pessant..

Je sillonne les maisons de retraites depuis quelques mois et je constate que prati- quement toutes les personnes qui y résident (en milieux rural) ne sont plus capables de se déplacer seules.

La vie finie au même temps que le fauteuil avance.En ville, c’est l’Alzheimer qui fait des ravages...

Je suis effrayée par la soupe informative à laquelle sont soumis les gens de nos jours.

Du haut de mes 38 ans et ma conscience que tout cela se perdra pour toujours, j'ai envie, j'ai l'intention d'essayer de récupérer un bout de vie, un morceau de mémoire et de la transformer en danse éphémère qui, grâce à des supports "modernes" laissera une trace pour toujours...

La Chaudière intime
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now