"L'important c'est la Tempête"

L’origine

Nous sommes 6 acteurs et nous avons commencé à nous emparer des mots de Thomas Bernhard.
En septembre 2017 nous avons monté quatre Dramuscules que nous avons jouées au Théâtre du Pot au Noir à Rivoiranche :            
Un mort/ Le mois de Marie/ Match/ Tout ou rien.

Chacun et chacune y était tour à tour acteur et metteur en scène.

Pour cela nous nous acoquinons avec un éclairagiste, un ingénieur du son, et un vidéaste ( merci à Denis Cugnot).
L’équipe est fondée.
Nous reprenons, nous continuons en allant voir du côté de la trilogie Claus Peymann, qui met  en scène des artistes de théâtre, clowns bernhardiens questionnant la place de leur art. Nous voulons poursuivre en créant de tout ce matériau un spectacle unique qui pourrait aller grincer ses clowneries dans les théâtres en ville!  
Nous allons voir Jean-Paul Angot à la MC2.
Il nous soutient et prévoit de programmer le spectacle en Novembre 2019.


Intentions

Thomas Bernhard écrit ses Dramuscules: des drames minuscules entre 1978 et 1981.Ils sont crées en Allemagne.
Certains, comme Match, Un mort, Le mois de Marie, mettent en scène des représentants des classes moyennes, urbaine ou rurale, et font comme un état des lieux de leur subconscient.

D’autres - qu’on appellera la Trilogie des Peymann -  dépeignent et croquent en farces ironiques le monde du théâtre en la personne de Claus Peymann, qui fut successivement directeur du Schauspielhaus de Bochum en Allemagne puis du Burgtheater de Vienne en Autriche, ami et collaborateur d’une vie de travail de Thomas Bernhard.
 

Dans la rencontre à l’intérieur des Dramuscules entre la Trilogie Claus Peymann et les autres drames minuscules, quelque chose se met à frotter: les « artistes », féroces décortiqueurs de la politique ambiante, sont pleins de leur besoin d’art, absolument nécessaire, et absolument dérisoire.

 

Celui- ci, pensent-ils, doit être aussi un instrument de combat.

 

Ailleurs les personnages de Bernhard sont confrontés à d’autres réalités: on regarde le match de foot à la télé, et on dévide sa haine en sortant de l’église.
Farce et solitude.

 

Dans la mise en abîme créée par ce tissage, « réel » et « fiction » brouillent leurs repères. Bernhard ne distribue pas de bons points, et le spectacle ne donne pas de leçon.
Bernhard renvoie dos à dos toutes les certitudes, passe à la moulinette les mesquineries de tous bords et débusque les failles ; agit comme un révélateur ; chasse le détail, le moteur inconscient de la pensée qui dévoile ridicules, monstruosités, vanités, impuissances et menaces à l’horizon.

La mémoire est courte, l’obscurité dangereuse, et sur le plateau les acteurs sont les clowns dérisoires et convaincus d’une tragicomédie qui chaque jour rebat ses cartes.

Le spectacle, montage fait de cuts, suspensions, ellipses, répétitions, changements de rôles, cherchera à faire entendre le frottement, les résonances et les fractures entre ces deux mondes, la langue de Thomas Bernhard faisant lien et les acteurs passant à leur gré d’un monde à l’autre, du féminin au masculin,  en V.O ou en V.F !

L’important c’est la Tempête - durée estimée du spectacle 1H30 -

 

Conception : Sylvie Jobert et Dominique Léandri

Mise en scène:  Dominique Léandri - Collaboration artistique : Fanny Rudelle

Scénographie : Chantal de la Coste  - Lumières :  Guillaume Jargot

Son : Sylvain Audemard

Jeu : Claudine Baschet, Valère Bertrand, Hélène Gratet, Sylvie Jobert, Dominique Laidet, Dominique Leandri 

                                                                                                                          Extrait

Mon cher Bernhard.
Toute ma vie j’ai mené les gens
par le bout du nez
comme vous même vous les avez menés toute votre vie
par le bout du nez
En tant que directeur du Burgtheater je ne peux pas faire autrement
que de mener les gens par le bout du nez
Par le bout du pied de nez
Que je leur fais
un directeur de Burgtheater est naturellement un très grand
Faiseur de pied de nez
vous le savez bien Bernhard
Vous le grand faiseur de pied de nez (….)

Écrivez donc une pièce Bernhard
où vous ferez un pied de nez à tous
c’est une pièce comme ça que je voudrais de vous
une vraie pièce pied de nez
Asseyez vous à votre table Bernhard
Écrivez donc une pièce pied de nez
Du grand théâtre Bernhard
beaucoup de monde beaucoup de saloperie beaucoup de folie des grandeurs
Beaucoup de crime de mauvais goût de bassesse
un vrai théâtre de Burgtheater.


 

Thomas Bernhard - Claus Peymann s’achète un pantalon et va déjeuner avec moi.
 

L'important c'est la tempête.

             

Deux amis
deux hommes de théâtre
une vie de collaboration
L'un écrit - Thomas
L'autre met en scène aussi ce qu’écrit son ami Thomas. il est directeur de théâtres : Claus
ils font scandale, souvent.
Claus dit: Thomas menait moi je suivais.
Claus pense que le théâtre public se doit d’être un théâtre politique dans le sens de citoyen. Il considère que le théâtre est une arme, et se doit d’ être un vecteur de changement face au capitalisme sans complexe.

Dans sa maturité, il se vit comme un clown un peu ridicule face aux nouvelles générations d’artistes pratiquant un théâtre plus ‘cool’. il continue de brailler.
Thomas, lui, a inventé sa langue. C'est par la langue, qui agit comme une machine de guerre, que se révèle le grand iceberg souterrain du nazisme encore bien vivant qui innerve toute la société autrichienne, et que Thomas ne cesse d’oeuvre en oeuvre de dénoncer. C'est un farceur !
Thomas s’amuse noir.
Faut dire, ils viennent de là, tous les deux. Claus avait un père nazi, une mère non. Fracture
Thomas est un enfant bâtard, il est interne dans une institution nazie devenue catholique. Mêmes méthodes.
Un jour Thomas s’amuse à écrire trois pièces courtes ayant pour personnage son ami Claus

Claus Peyman déménage de Bochum au Burgteater
Claus Peyman et son ami Bernard s’achètent un pantalon
Claus Peyman et son dramaturge Biel mangent une escalope sur les bords de la Sulwiese


Une farce, une blague. Autoportraits ironiques.
Les créateurs qu’ils sont deviennent personnages et donnent licence à tous leurs paradoxes, excès, ridicules, cauchemars, égocentrismes, révoltes, délires.

Le personnage de Claus Peyman rêve d’un spectacle total : tout Shakespeare en une seule nuit.

Mais les acteurs ne jouent que du Thomas Bernhard, encore du Thomas Bernhard, toujours du Thomas Bernhard  : ce sont des personnages du ‘peuple’ autrichien, un gendarme et sa femme dans l’intimité de leur chambre, deux bigotes au seuil de l’église, deux voisines sur une route de campagne, qui surgissent au détour de la promenade.
Trouées de réalité ?
Ou d’autres formes théâtrales dérangeant, troublant les codes ?  
D’autres duos en miroir à ces compères de théâtre là
toujours la langue de Thomas.

C’est la foule des acteurs qui fait pression, oppresse pour prendre possession du théâtre.
C’est la foule de tous les exilés turcs italiens du sud étudiants manifestants acteurs de cabaret  monstres de foire qui fait pression compresse oppresse et révèle l’inconscient de notre occident barricadé dans ses peurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Représentations à la MC2 Grenoble du 5 au 21 Novembre 2019 

et exploitation Isère en 2020: Théâtre-ciné La Mûre le 8 Avril 2020, Le Pot au Noir le 10 Avril 2020

Tournée Hiver 2021 : Espace Paul Jargot à Crolles, Grand Angle de Voiron... à suivre.

 

L'important c'est la Tempête est accompagné de ses Dramoletten, duos autonomes des Dramuscules : Un mort - Le mois de marie - Match qui pourront être proposées en petites formes décentralisées autour du spectacle.

Formes légères, mobiles, adaptables à des lieux non-dédiés.

Nous les appellons, les Satellites :

                                                                  
                                                        
                                                                                                                    Extraits      
                                              
Aujourd’hui les gens meurent comme des mouches
Qu’ils sortent dans la rue ou pas
Ils meurent au lit ils meurent dans la rue
Mais mourir bêtement comme ça
Écrasé par un Turc
En fait on aurait dû l’enfermer
 Seulement c’était pas sa faute
Peut-être
Mais on aurait quand même dû l’enfermer

Thomas Bernhard - Le mois de Marie

 

 

 

 

                              - Y faudrait une bonne fois que tu tires dans le tas
                                 Dans les étudiants
                                 Après on aurait la paix
                                 Y se foutent de vot’gueule
                                 Y vous chient dessus
                                 Y sont poussés par les Juifs
                                 Et y vous chient dessus
                                 Moi je tirerais dans le tas
                                 Après on aurait la paix
                               - Quel pauv’con !
                                                                                
                                             Thomas Bernhard - Match





                                                                                                          Les Satellites ...


 

Un mort avec Sylvie Jobert et Hélène Gratet
Regard Dominique Laidet

 

2 femmes sur le bord d’une route de campagne la nuit revenant de l’office
Elles croient voir un mort.
Ce ne sera que les croix gammées des affiches nazies tombées de la mobylette du mari de l’une d’elle !
Durée :
10 mn


Le mois de Marie avec Claudine Baschet et Dominique Leandri.
Regard Valère Bertrand

 

2 femmes à la sortie de la messe.
On creuse la tombe Mr Geistrathner, un notable écrasé par un turc en vélo !
Durée: 35mn


Match avec Sylvie Jobert et Dominique Laidet.
Regard Dominique Leandri

 

1 homme 1 femme Chabadabada Match Nul
Intérieur nuit dans l’intimité du couple d’un policier et sa femme.

Il regarde le match, elle parle parle parle du fond de sa peur, de sa solitude et de son insécurité.
Durée: 40mn


 

D’autres satellites sont en construction à partir d’ interviews de Thomas Bernhard, de certaines de ses prises de paroles orales ou écrites.
 

La Chaudière intime
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now